Malika, aide-soignante

Malika a rejoint les équipes de l’Accueil en 2013. Avant, elle a été animatrice sociale auprès des enfants. C’est une voisine atteinte de la maladie d’Alzheimer qui éveille chez Malika une vocation. C’est décidé, elle s’occupera désormais des personnes âgées.

Malika entre en Ehpad comme on entre en religion ; ce fut un acte pleinement choisi et par lequel on est imprégné. Elle n’adhère pas au regard qu’on porte sur la vieillesse. Son approche est dans l’accompagnement avec une dimension philosophique : le respect de la personne et de sa dignité est au coeur de la démarche de Malika. On part du résident, on entre dans son monde, avec douceur, humilité et ouverture d’esprit.

Chaque matin quand elle arrive au travail, le premier réflexe d’Elody est de saluer tous ses collègues. Cette « ronde » matinale lui permet de recueillir les informations dont elle a besoin pour organiser sa journée.

« Pour comprendre, il faut connaître »

Il est primordial de s’intéresser à la personne, de ne pas la résumer à sa maladie. Il faut investiguer, chercher les causes. Quand on accompagne une personne âgée, on ne peut pas toujours être dans le mouvement. On se pose, on réfléchit, on écrit. C’est une posture très humaine, tournée vers la recherche d’un bien-être à leur procurer.

Malika puise sa satisfaction dans le fait de mettre chaque chose à sa place, dans la joie, le sérieux et la souplesse. Les résidents ne savent pas toujours son nom, mais ensemble, ils partagent une histoire, des émotions. Le regard, la voix, la posture. Tout cela dit beaucoup sur eux et il faut savoir aller dans leur sens.

Grâce aux formations, le travail d’aide-soignante s’enrichit, il prend de l’ampleur. Des interactions se créent, rien n’est jamais statique et le métier exige beaucoup de psychologie. Les aidants, les familles, c’est important de les intégrer à notre travail car ils nous aident à comprendre, à nous positionner.

Avec la crise du Covid, ça a été très difficile, l’isolement a impacté les résidents comme les équipes, ça a été très perturbant. Une période terrible, où heureusement, on a été solidaire, il y a eu beaucoup d’entraide, de courage et d’énergie.

« Si on oublie qui on est et qui ils sont, alors on ne fait pas ce travail. »

Dans le métier de Malika, à la Résidence L’Accueil, il y a des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer. Dans les métiers du soin, on dit qu’il faut faire un deuil blanc, le deuil de la personne telle qu’elle était, avant la maladie. Mais il y a de la vie dans cette personne, alors il y a de l’espoir. C’est un travail qui s’articule entre le FAIRE, avec le soin nursing et le SAVOIR ETRE avec le soin gérontologique. On valide les émotions (cf la psychologue américaine Noami Feil).

Un jour, un résident m’a demandé de sortir de sa chambre. Je suis partie, je suis revenue plus tard. Il m’a dit qu’une dame était rentrée chez lui. Je lui ai répondu en souriant : « eh bien elle ne manque pas d’air celle-la ! »

Merci Malika pour ce témoignage qui intervient dans une période éprouvante pour tous les personnels qui travaillent en EHPAD. Merci, à tous.

RECRUTEMENT! Publié le 24 Mai 2022
Voir la suite
Résidence L’Accueil
Plan d’accès

La Résidence L’Accueil est un établissement d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD) gérée par l’association à but non lucratif C.A.E.F.P.A.

Adresse
2 Chemin du Maquis
42800 Rive-de-Gier

Téléphone
04 77 83 06 06

Email
contact@apa-rdg.com

Itinéraire via Google Map

La Résidence L’Accueil est portée par l’Association CAEFPA, qui gère La Maison d’Annie, La Résidence Le Chasseur, La Résidence Lamartine et Les Vespérales.